Profil de membre

  


Josie
Josie Blake

 

Depuis combien de temps êtes-vous un membre de l’ACE ?

Depuis six ans.

 

Comment en êtes-vous venue à vous intéresser à l’ergonomie?

Pendant mes études de premier cycle à l’Université de Waterloo, j’ai effectué deux stages en ergonomie dans une usine de transformation de la volaille. J’ai eu d’excellents mentors qui étaient vraiment passionnés par l’ergonomie, et ils m’ont montré comment les principes d’ergonomie peuvent faire une grande différence en milieu de travail lorsque les démarches sont bien exécutées!

Lire la suite

 

  


Dan
Dan Robinson, PhD CCPE

ROBINSON ERGONOMICS INC.

 

Depuis combien de temps êtes-vous un membre de l’ACE ?

Je crois avoir adhéré comme membre étudiant de l’ACE en 1991 (la Human Factors Association of Canada, en anglais, à cette époque) lorsque le congrès annuel avait eu lieu à Vancouver. J’y avais présenté ma première communication dans le cadre du concours étudiant et j’avais remporté le Prix Julien M Christensen pour la meilleure communication dans la catégorie études supérieures.

 

Comment en êtes-vous venu à vous intéresser à l’ergonomie?

J’ai entendu parler de l’ergonomie pour la première fois pendant ma maîtrise à l’école de kinésiologie de l’Université Simon Fraser. Mes travaux de recherche portaient sur les planteurs d’arbres en Colombie-Britannique grâce à une subvention accordée à Thomas J. Smith et Eric Banister. Avec David Trites, un autre étudiant à la maîtrise, nous nous sommes penchés sur diverses questions liées à l’exposition aux pesticides, aux lésions musculosquelettiques, à la fatigue et à la formation et l’amélioration des compétences. C’est au cours de cette recherche que j’ai découvert le domaine l’ergonomie.

Lire la suite


 

l
                 Larissa Fedorowich

 

Depuis combien de temps êtes-vous un membre de l’ACE ?

J’ai rejoint l’association en tant que membre étudiant en 2014 après le début de ma maîtrise dans le laboratoire de biomécanique et d’ergonomie du travail à l’Université McGill.

Comment êtes-vous venu à vous intéresser à l’ergonomie ?

Issue du milieu de la kinésiologie, j’ai toujours eu un intérêt pour la prévention des blessures liées au sports et la biomécanique. Mon intérêt pour la biomécanique et la prévention des blessures a émergé suite à un commentaire de ma superviseure de maîtrise Dr. Julie Côté : « traiter le travailleur comme un athlète ». Cela a résonné pour moi comme quelque chose que j’identifie comme un moment charnière ou la fameuse « ampoule » s’est allumée. À l’époque, je travaillais sur mon projet de recherche de thèse qui quantifiait les effets de la modification de la posture de travail informatique (assis, debout, marchant sur un tapis roulant) sur les patrons du cou et les épaules lors d’une tâche de dactylographie. Ceci était ma première introduction à des approches innovantes pour nous amener aux normes actuelles du travail en quarantaine à partir de l'expérience à domicile que de nombreuses personnes ont rapidement dû adopter.

Lire la suite


 

 

 Dr. Steven Fischer
                       Steven Fischer, Ph.D

 

Depuis combien de temps êtes vous membre de l'ACE? 

Si ma mémoire est bonne, j’ai adhéré à l’ACE en 2005 à titre de membre étudiant. Ma première expérience en tant que membre de l’ACE a été donnée une conférence lors d’une rencontre régionale de l’ACE-Atlantique qui était organisée par Nancy Black à l’Université de Moncton.

Comment en êtes vous à vous interesser à l'ergonomie?

C’est au cours de ma troisième année de baccalauréat que j’ai entendu parler de l’ergonomie. Je m’étais inscrit à un stage de recherche dans le laboratoire du professeur Richard Wells. À titre de stagiaire, j’ai aidé son équipe de recherche – dirigée à l’époque par son assistante de recherche Tanya Morose – à mener une étude sur les rapports entre l’EMG, la force de préhension et l’effort perçu. J’ai eu la piqûre en constatant la passion qui animait Richard à l’égard de l’ergonomie et en découvrant les rouages de la recherche en ergonomie sous l’encadrement quotidien de Tanya. 

Lire la suite