Foire aux questions

Foire aux questions

Foire aux questions sur l'ergonomie

Voici quelques questions courantes portant sur l’ergonomie et sur la façon d’appliquer les principes dans votre milieu de travail. Pour toute question au sujet de l’ergonomie, n’hésitez pas à contacter l’ACE.

Comment savoir quand j’ai besoin d’aide en ergonomie?

Il existe de nombreuses sources d’information pouvant vous indiquer que votre milieu de travail tirerait avantage d’un bon programme d’ergonomie. Voici quelques exemples de « déclencheurs » laissant entrevoir que votre milieu de travail bénéficierait des services d’un ergonome.

  • Des employés de votre milieu de travail ou de certaines zones de travail subissent des lésions des tissus mous, aussi appelées troubles musculosquelettiques (TMS) ou lésions attribuables au travail répétitif (LATR), comme des tendinites, des blessures au dos, des douleurs musculaires, etc. Ce sont là des éléments indiquant que les exigences de ces postes sont excessives en raison d’un ou de plusieurs facteurs de risque combinés (c.-à-d. niveaux de force, postures de travail, actions répétitives, longues durées ou facteurs de stress psychosociaux).
  • Des accidents (p. ex., des chutes, glissades ou trébuchements) ou des blessures (p. ex., des coupures ou contusions) sont survenus, ou des travailleurs ont été frappés par ou sur de l’équipement ou coincés sur ou dans de l’équipement. Ces accidents peuvent avoir diverses causes, comme des espaces de dégagement insuffisants, une erreur de conception des commandes et des outils, une mauvaise conception des escaliers, un éclairage inadéquat ou une mauvaise visibilité.
  • Vous constatez des taux élevés d’absentéisme général ou de roulement de personnel. Il peut s’agir d’indicateurs d’exigences physiques ou mentales élevées, d’une mauvaise conception du lieu de travail ou d’une structure organisationnelle mal pensée.
  • De nombreuses erreurs sont commises ou il faut reprendre souvent des tâches en raison de la piètre qualité. Ce type de situation découle souvent de processus de travail difficiles, de charges de travail élevées conjuguées à une grande fatigue, de communications ou de renseignements inadéquats ou d’une mauvaise visibilité, entre autres. Lorsque la productivité est mauvaise ou diminue au fil d’un quart de travail ou d’une série de quarts de travail, cela peut aussi signifier que le travail est mal conçu pour les travailleurs.

Non seulement il vous faut repérer ces déclencheurs, mais vous devriez aussi songer aux avantages à tirer de l’application proactive des principes d’ergonomie pour prévenir les problèmes avant même qu’ils ne se produisent. Il s’agit de la manière la plus efficace et économe en ressources d’intégrer l’ergonomie dans votre milieu de travail!

En haut

Comment puis-je trouver un consultant en ergonomie (ergonome)?

L’Annuaire des consultants de l’ACE contient une liste d’ergonomes. Nous avons au Canada des ergonomes certifiés CCPE qui ont obtenu leur certification du Conseil canadien de certification des praticiens en ergonomie (CCCPE). Un processus rigoureux a été mis en place par cet organisme afin de s’assurer que la compétence des ergonomes est conforme aux exigences de l’Association internationale d’ergonomie (IEA). La certification nationale a été élaborée dans le but de protéger le public. Afin de pouvoir obtenir le titre d’ergonome certifié CCPE, les postulants doivent détenir une formation universitaire comptant des cours spécifiques en ergonomie, avoir au moins quatre années d’expérience professionnelle et démontrer une compréhension de l’étendue de l’application de l’ergonomie physique, cognitive et organisationnelle (macro) en soumettant des travaux. La certification des ergonomes permet aux utilisateurs de services d’ergonomie de reconnaître les personnes ayant une formation et une expérience selon des exigences précises, et améliore la qualité de la pratique parmi les ergonomes.

En haut

Combien en coûte-t-il de s’occuper de l’ergonomie dans le milieu de travail?

Une ergonomie déficiente pourrait vous coûter cher, à vous ou à votre entreprise. Vous aurez peut-être des coûts initiaux à assumer pour régler la question, mais, à long terme, l’optimisation des processus de travail et l’amélioration de la santé et du mieux-être de votre personnel devraient vous permettre d’économiser. L’ordre de grandeur de ces coûts initiaux variera en fonction du projet et de l’ampleur des modifications à apporter. Réfléchissez aux points suivants:

  • Lorsque les principes d’ergonomie sont intégrés aux stades de la planification ou de la prise de décisions lors de la construction, de l’achat ou de la modification d’un élément du milieu de travail (mode proactif), les avantages ergonomiques en découlent souvent gratuitement! Le « coût » consiste en fait à prendre le temps de planifier correctement. En revanche, lorsque les principes d’ergonomie sont appliqués en vue de corriger des problèmes déjà présents (mode réactif), il y aura des coûts financiers à divers degrés.
  • Selon votre secteur de l’industrie et l’ampleur du problème présent, les améliorations ergonomiques peuvent vous coûter trois fois rien comme elles peuvent devenir astronomiques. Il est à noter que bon nombre d’améliorations du milieu de travail peuvent être apportées à un coût modique.
  • Différents types d’interventions en ergonomie sont possibles, par exemple: des modifications à la conception technique et des modifications à la structure organisationnelle. Il est habituellement plus facile de déterminer les coûts des achats purs et simples ou des projets de modification de type techniques. Cependant, les changements apportés à l’organisation du travail, tels que la mise en place d’une formule de rotation des tâches, sont aussi associés à des coûts financiers, mais ils sont seulement beaucoup plus difficiles à mesurer. 
  • De même, les interventions en ergonomie peuvent contrer les facteurs de risque à divers degrés. Il pourrait s’avérer plus coûteux d’éliminer complètement la source du problème que d’apporter un changement qui réduise le risque. Ce sont votre budget et vos ressources qui dicteront la mesure dans laquelle vous pouvez adopter des changements ergonomiques.
  • Le coût des initiatives entreprises en vue d’améliorer la productivité, l’efficacité ou la qualité peut être plus facile à justifier que celui des projets destinés uniquement à réduire le nombre de blessures. Lorsque cela est possible, profitez d’autres projets dont les coûts sont justifiés pour chercher des occasions d’apporter des changements ergonomiques. Comme autre façon de procéder, lorsque vous étudiez des solutions possibles à des problèmes relatifs à l’ergonomie, demandez-vous si vous ne devriez pas accroître la portée du projet pour en tirer des gains de productivité, d’efficacité ou de qualité.
  • Songez à ce qu’il vous en coûte de fermer les yeux sur les problèmes relatifs à l’ergonomie. Hormis les coûts directs plus évidents associés aux primes versées à la Commission des accidents du travail, il y a de nombreux coûts indirects qui sont plus difficiles à mesurer, mais qui sont néanmoins bien réels pour votre entreprise. Certains sont des coûts liés au recrutement et à la formation de remplaçants, aux salaires pour les heures supplémentaires, au temps administratif pour les enquêtes sur les blessures et la gestion des cas de perte de temps, etc. D’après les estimations, il vous en coûte autant, voire jusqu’à cinq fois plus que ce que vous payez en coûts directs. En ayant une idée de ces coûts, vous serez mieux à même de déterminer combien vous pouvez vous permettre d’investir pour apporter des améliorations.
  • L’une des plus grandes erreurs que commettent les entreprises lorsqu’elles s’attaquent à l’ergonomie, c’est d’investir une grosse somme dans une solution « facile » qui n’est pas très efficace pour résoudre le problème. Évitez de tomber dans ce piège en définissant complètement la source du problème et en étudiant les autres solutions possibles avant de verser le moindre sou. Pour vous assurer d’investir efficacement, il peut vous être utile de consulter un professionnel de l’ergonomie chevronné et qualifié. Il existe des stratégies d’ergonomie efficaces pour toutes les tailles d’entreprises. Adaptez vos efforts en la matière à votre budget.

En haut

Y a-t-il des lois qui régissent l’ergonomie dans le milieu de travail?

L’ergonomie est un domaine très vaste touchant à des questions d’interactions sûres et efficaces entre l’homme et la conception et l’utilisation de tous les aspects de son environnement, dont les systèmes, l’organisation, l’équipement et les tâches. À l’heure actuelle, dans les milieux de travail canadiens, les lois et règlements sur la santé et la sécurité au travail visent essentiellement à régir la prévention des lésions des tissus mous ou des troubles musculosquelettiques (TMS). Ils reposent principalement sur les applications ergonomiques « physiques » en régissant la manière dont le travail physique, comme les tâches de soulèvement et les postures debout et assise, doit être géré. Les applications ergonomiques cognitives et organisationnelles ne sont pas prévalentes dans la réglementation canadienne actuellement. Elles sont plutôt susceptibles de figurer dans les normes, les lignes directrices et les pratiques exemplaires s’inscrivant ou non dans la sphère de la SST, selon la manière dont l’ergonomie est appliquée.

Au fédéral, la partie XIX du Code canadien du travail, partie II, décrit le Programme de prévention des risques en vertu duquel les employeurs sont responsables de l’élaboration, de la mise en œuvre et du suivi d’un programme afin de prévenir les risques, y compris ceux liés à l’ergonomie.

Voici quelques liens liés à la réglementation provinciale ou territoriale en matière d’ergonomie.

En haut